page 118

 

La danse des etourneaux noushkaLa danse des étourneaux - Noushka

 

 

Image

Des sons ténus apparaissent dans le silence

Frôlement d'ailes claquement de bec

Tout disparaîtra

Les minuscules "estornels" retourneront dans le silence de l'immensité 

Et ne parleront plus jamais aux hommes

Les ailes des anges n'ont jamais fait de bruit.

 

jamadrou

 

https://youtu.be/8C_d2AKNI18

 

 

Dans l'Herbier Poésies", d'autres textes inspirés par cette magnifique photo  un clic ici

 

 

 

Commentaires (12)

jill bill
Bonjour jamadrou.... vrai que les étourneaux ne sont point des anges, leur passage au dessus de nos têtes ne passent pas sans son... pas vrai Dalila... ;-) Bonne journée, JB
jamadrou
Oui Jill petits oiseaux si mignons qui dérangent tant les gens de la ville...les hommes sont étranges et ne sont vraiment pas des anges. :((


"Lutte contre les étourneaux en ville
Chaque année, entre les mois de novembre et de mars, des milliers d'étourneaux sansonnets sur la route de leur migration hivernale en provenance des pays de l'Est, choisissent de s'arrêter à Brest, comme dans bien d'autres villes de Bretagne.

Arrivés en Bretagne, les étourneaux qui jouent un rôle bénéfique au printemps en se nourrissant d'insectes, trouvent le couvert dans les champs et les exploitations agricoles, créant de nombreux dégâts.

Puis, de nature grégaire, les étourneaux éparpillés le jour pendant leur période d’alimentation, se regroupent par milliers pour dormir la nuit en ville et forment des dortoirs composés de plusieurs milliers d’individus dans les haies, les petits boisements, les arbres des boulevards, les fils électriques, etc.

Ces dortoirs, en fonction de leur situation géographique, peuvent alors être à l’origine de nombreuses nuisances pour les riverains (bruit, salissures, etc.)

De ce fait, afin de les limiter, la ville de Brest organise régulièrement des campagnes d’effarouchement sur les sites identifiés et potentiellement gênants pour les riverains.

Ces campagnes consistent essentiellement à la mise en œuvre de moyens techniques, généralement sur deux jours consécutifs, par les agents de la ville de Brest, à savoir :

l’utilisation d’émetteurs sonores reproduisant les cris d’oiseaux en détresse et d’oiseaux prédateurs de l’étourneau,
et le tir de fusées crépitantes.
Ces interventions ont pour principal objectif de perturber et de déplacer durablement les étourneaux vers des lieux où leur présence ne serait pas source de nuisances pour la population Brestoise." et dans tant d'autres villes!!!!!
Balaline
  • 3. Balaline | 14/09/2018
Un jour nous n'aurons plus ni cris ni chants... mais peut-étre les hommes entendront -ils alors bruirent les ailes des anges ?
jamadrou
Balaline, je n'ai pas envie d'entendre le bruissement des plumes des ailes des anges, j'aime trop les petits oiseaux le matin. Ces trois notes de flûte dans un p'tit coeur tout chaud caché dans un écrin de plumes
marine D
Dans notre tête le chant des anges et leurs battements d'ailes nous accompagneront peut-être dans nos rêves, en attendant j'aime à écouter celui des oiseaux du jardin... Quelquefois quand la vie se fait confuse on croit entendre des voix...
J'aime ton mot estournels, il y en a ici et ils font du bruit le soir quand ils se rassemblent et même dans les villes...
Bises Jamadrou
jamadrou
Merci Marine, il y a des musiques que seule notre âme peut entendre.

Douce journée.
Jeanne Fadosi
  • 7. Jeanne Fadosi (site web) | 16/09/2018
J'espère bien ne pas entendre le silence des oiseaux mais cet été de forte sécheresse et chaleur, leur nombre a considérablement diminué autour de chez moi et je n'ai malheureusement pas l'impression qu'ils reviennent beaucoup avec la fraîcheur revenue au moins la nuit. Magnifique ton texte Jama !
jamadrou
Ah Jeanne moins d’oiseaux moins d’abeilles ... et de plus en plus d’hommes dans la course au toujours plus
Ça ne peut pas tourner rond, jouer juste, beaucoup trop de désaccord
Merci Jeanne pour ton passage ici
Bon dimanche
Quichottine
  • 9. Quichottine | 19/09/2018
J'ai aimé, beaucoup, te lire sur la page de l'herbier... mais je tenais à te le dire aussi ici.

Je ne voudrais pas non plus ne plus entendre que le silence des oiseaux...
Quant aux anges... je ne sais pas. Je me dis qu'ils doivent parler au vent.
jamadrou
Les anges Quichottine planent , ils sont goélands, en vol ils ne font pas de bruit et ne se fatiguent pas ou très peu : se sont de très bon voiliers, si les courants ascendants sont assez forts, ils se maintiennent en vol sans battre des ailes. En vol, ils ne craignent pas grand chose, pas de prédateurs volants plus gros qu'eux, ils ne courent des risques qu'au sol. C'est pourquoi ils restent là-haut et tournent au dessus d'un endroit qui leur convient plutôt que de se risquer à se poser sur la terre où des vilains les attraperaient pour les mettre en cage et là ils disparaîtraient à jamais
Quichottine
  • 11. Quichottine | 19/09/2018
Merci pour tes réponses, Jamadrou.
Pourquoi y a-t-il toujours des vilains pour mettre en cage ceux qui pourraient nous apporter le bonheur ?
Passe une douce soirée. Encore merci pour ces pages que j'ai lues avec grand plaisir.
jamadrou
Merci à toi Quichottine de passer et repasser du temps avec moi

Ajouter un commentaire