Moins de mots

plus de couleurs....Poissons au vent 1

Les mots sont poissons volants, ils ont dans leur coeur l'amour incommensurable de la liberté. Ils planent dans le temps perdu enfin retrouvé, ils se posent sur l'aile du vent et vont atterrir là où le hasard est aimant.    jama © juin 18, sur le fil du temps...

 

 

 

Commentaires (8)

V.M.
  • 1. V.M. | 12/06/2018
jamadrou
Ah! Vieille Marmotte! Les ronces et les roses...tout un poème! La mûre sauvage ou l'églantier sont de bien belles ronces . L'églantine fut la première rose. Cette ronce sera porte-greffe pour tant de beaux rosiers! Et son fruit (le cynorhodon) fera de si bonnes confitures...Celui qui se souvient du jour où il est tombé dans les ronces apprécie tant la beauté des fleurs du roncier églantier. Il sait qu'un jour il a dû tomber en poésie en la regardant et il se souviendra toujours que les ronces trouvées le long de son chemin de vie peuvent avoir un merveilleux goût sucré. Occupons-nous des ronces autant que des rosiers.
Marie Minoza
  • 2. Marie Minoza (site web) | 12/06/2018
Les mots sont poissons volants ou bien oiseaux...les cueillir n'est pas chose facile et les garder au creux des mains encore plus compliqué!
jamadrou
Merci Marie les mots qu'ils soient poissons volants ou oiseaux " ont dans leur cœur l'amour incommensurable de la liberté. Ils planent dans le temps perdu enfin retrouvé, ils se posent sur l'aile du vent et vont atterrir là où le hasard est aimant" Les pêcher pour les mettre dans un bocal, les apprivoiser et les mettre en volière n'est pas chose à faire et les garder au creux des mains impossible. Les mots ont de grandes nageoires, de belles ailes, ils nagent et volent vers ceux qui aiment lire leur cœur, ceux qui comme vous amies lectrices, savez les comprendre sans jamais vouloir les garder prisonniers dans le creux de vos mains.
V.M.
  • 3. V.M. | 12/06/2018
[…] le Jacotot se levait, tirait un bocal de fruits à l’eau-de-vie et m’en servait un plein verre.
— Desquelles que tu veux, demandait-il ?
— Des gratte-culs, répondais-je toujours.
Et il me servait un plein bol de fruits de l’églantier sauvage, bien macérés dans l’alcool. — (Henri Vincenot, La Billebaude, 1978, p. 110)
J'ai eu le bonheur de parler d'Henri Vincenot, écrivain que j'adore lire, avec sa fille, lors d'un salon du livre à Nîmes ! trop sympa !
Mais je n'en ai jamais goûté ni en confiture, ni à l' eau-de-vie, des gratte-cul ! ..... Pourtant, il y en avaient beaucoup sur le chemin de l'école quand nous étions gamins !
Quant à la confiture de mûres, elle fait encore souvent les délices de certains petits déj. !
jamadrou
Et voilà comment Vieille Marmotte les ronces ont rempli ton tiroir à souvenirs tout aussi bien que les roses de Ronsard! La poésie se cache dans les ronciers qui protègent des voleurs de beauté simple.
Josette
Dans la voile bleue gonflée par le vent les poissons volants mêlent leurs couleurs...
(3 jours dans le Finistère rien que pour voir si l'océan est encore là !)
jamadrou
Josette , il a besoin de ces visites , même de courte durée . Monsieur l’Océan est de nature susceptible : il a sans cesse besoin d’être rassuré quant à son pouvoir de séduction .

Ajouter un commentaire