Sur ma jupe blanche

...un fil bleu a écrit:

Le fil de l'histoire

Le fil du temps

Le fil des jours

Le fil de la conversation

Le fil d'Ariane

Le fil à la patte

Le fil rouge

Le fil de ma vie

Le fil de mes idées.

 

Le travail terminé j'ai pensé: futilité

 comme cette jupe blanche,  les linceuls n'ont pas de poche.

 

 

 

Commentaires (16)

Yanis Petros
  • 1. Yanis Petros (site web) | 10/09/2018
De fil en aiguilles
s'inscrit la vie
qui pas à pas
tricote ici sa finitude

Belle rentrée !
jamadrou
Merci Yanis
Vous aussi belle rentrée
ABC
Fil à fil
tisser sa jupe
enveloppant sa vie
d'un linceul blanc
Quel qu'en soit la couleur
le fil de la vie ne se rompt pas
il s'enfile, se file et se défile...
jamadrou
Yanis, notre finitude s'est tissée sans nous
jill bill
  • 5. jill bill | 10/09/2018
Coucou, essai... on verra si !
jamadrou
Bravo Jill, Ça marche!!
Merci fiston?
jill bill
  • 7. jill bill | 10/09/2018
Coucou, des essais encore et encore, ça déconne tjs, On pense que c'est mon opérateur, pas encore sur fibre optique !!!
jamadrou
Les grands mystères de la communication ..... la fibre créatrice ne pourra rien pour nous alors
bonne nuit Jill.
Marie Minoza
  • 9. Marie Minoza (site web) | 11/09/2018
Tire, tire le fil
Sur la toile blanche
Petit lien fragile
Comme l'est la vie...
Tire, tire le fil
Empreintes bleus
Frêles traces
D'un passage...
Pas à pas se brodent
Nos secondes
Au fil des saisons
jamadrou
Marie sur la toile blanche des fils il y a bien longtemps (peut-être par ma grand mère) ont été tirées pour dessiner des jours qui forment aujourd'hui un trait une ligne qui m'a permis d'écrire droit mes mots bleus...et la vie continue
Josette
le fil, l'union des fils comme le mot et l'union des mots...
ici pas de fil du rasoir tout est brodé de bleu
jamadrou
Josette ...comme la phrase est l’union des mots...
Merci Josette, sous d’autres cieux "le fil du rasoir" est allé raconter une histoire/mémoire en ce 11 septembre...
jill bill
  • 13. jill bill | 13/09/2018
Juste avec une petite poche pour y glisse un mouchoir, sait-on si l'on pleure dans nos nuits à l'infini... va savoir, bises
jamadrou
Tu as raison Jill juste une toute petite poche pour y glisser un tout petit mouchoir brodé de souvenirs et bordé de jours Venise ou de jours échelle...
Quichottine
  • 15. Quichottine | 19/09/2018
"Les linceuls n'ont pas de poches"...
Est-ce pour cela que nous partons habillés ?
Dans les poches de nos vêtements du dimanche, dans ces costumes ressortis pour l'occasion, emportons-nous tous les rêves que nous n'avons jamais réalisés ?
jamadrou
Oh que j'aime cette réflexion Quichottine!

(ma grand mère dans notre village , parmi toutes ses occupations, était celle qui venait habiller le mort. Pour moi petite ce n'était pas triste mais magique et courageux: elle aimait ses voisins jusqu'au bout)

Ajouter un commentaire