Irène

 

Tilleul

Irène n’est plus,

petite bougie ratatinée elle s’est éteinte lentement il y a quatre mois. Pourtant en voyant ce prénom chez maîtresse JB,  j’ai aussitôt pensé à Elle alors,

Je vous raconte…

Sa fin de vie fut à son image discrète et souriante dans sa maison, près de celui qu’elle aimait bien.

Elle avait tout oublié, elle ne parlait plus ne bougeait plus et ne pouvait plus manger seule.

Elle ne réagissait presque plus à ce qui l’entourait mais ne se plaignait jamais.

Quand on allait la voir, un léger sourire nous disait ce qu’on avait envie d’entendre.

Trois ou quatre ans ont passé dans cette étrange inertie.

De son lit à son fauteuil, de son fauteuil à un autre fauteuil où attachée pour ne pas tomber elle semblait regarder au-delà de l’horizon puis en fin d'après midi,  à nouveau son lit dans la chambre où elle avait toujours dormi.

Il y a des années,  un matin vers midi son mari avait choisi de partir, il n’avait pas voulu que son cancer des poumons gagne la partie et l’étouffe.

Sous le grand tilleul en bon chasseur il a tiré sur son cancer ainsi ils sont partis ensemble.

Irène a supporté cette chose atroce, elle a continué.

Elle aimait de temps en temps venir me parler et la vie se déroulait au rythme des saisons.

Le tilleul grandissait,  passait du vert tendre au jaune puis au marron et quand, grand et tout nu il frissonnait sous le vent, moi de ma fenêtre je pouvais voir alors bien plus loin que chez Irène.

 10 ans 20 ans se sont écoulés depuis le jour où son mari a fait le grand voyage,  je ne sais et ne veux pas compter, la vie la mort arrivent un jour et puis voilà c’est ainsi.

Son fils unique qui travaillait à l’étranger est revenu habité dans la grande et belle maison pour être près d’elle.

Ils ont vécu là à se chouchouter mutuellement, certainement.

Et puis Irène est rentrée dans cette longue et triste maladie.

Il n’a pas voulu la déposer dans une maison de soin tel un encombrant.

Elle devait rester chez elle.

Bien sûr,  il a été aidé  par des infirmières, du personnel de soin, de ménage…

Mais...plus de longues vacances pour lui; une maman attendait sur un fauteuil la fin de sa propre histoire.

Le matin quand il partait travailler il lui mettait en boucle la musique qu’avant elle aimait. 

Mais au fait, moi,   ce n’est pas de tout cela dont je voulais vous parler.

Mais de ça:

Une fois par trimestre son fils conviait voisins et amis à venir « Chez Irène »

Dans le grand salon salle à manger, elle était là, un peu maquillée, avec une jolie tenue ,  assise sur son fauteuil, une large ceinture la tenant bien droite.

Des chaises étaient installées autour d'elle pour chacun de nous, face à la grande table.

Une petite troupe de théâtre ou bien des humoristes, des musiciens ou des chanteurs nous offraient un beau très beau spectacle.

Irène ne disait rien mais Irène souriait...

jamadrou le 11 septembre: 

Pour une fois, histoire vraie, pas une fiction.

 

 

Commentaires (16)

jill bill
Bonsoir élève jamadrou... la vieillesse n'est pas la plus belle partie de la vie se plaisait à dire ma mère, un jour placé en home le plus souvent c'est une petite mort avant la grande, Irène a eu une plus belle fin si j'ose dire, chez elle... Sois la bienvenue à la cour de récré, MERCI à toi, bises de m'dame JB ;-) Ouf je pense que mon com va passer !!!!
jamadrou
Oui Jill ton com est passé, merci pour ta persévérance.
Douce nuit
[ Fabrice ]
  • 3. [ Fabrice ] (site web) | 11/09/2018
Bonsoir jamadrou,
Je ressors mitigé de ce témoignage émouvant. Évidemment, il est heureux qu'Irène n'ait pas été placée. Évidemment, quel beau geste d'amour qu'a eu son fils à son égard (il aurait pu continuer à vivre sa vie loin d'elle et ne venir lui rendre visite que deux ou trois fois par an). Mais quelle tristesse, de vivre ses dernières années enfermé dans la solitude et le carcan de la maladie. Tristement banal, hélas. REP Irène. Merci pour elle.
Belle soirée.
Fabrice
jamadrou
Bien vu bien lu Fabrice, mitigée je l'étais aussi face à ces 3 drôles de vies...
fanfan
Une belle histoire, très touchante .Un fils aimant comme il y en a de moins en moins. Elle a eu au moins ce bonheur .
Bonne journée
jamadrou
Oui Fanfan une fin de vie dans un long détachement sans heurts
Josette
Je suis émue jamadrou parce qu'hier nous étions aux obsèques d'une amie qui s'est éteinte comme une bougie consumée...elle s'appelait Nicole
jamadrou
Tant de petites bougies qui s'éteignent sur terre pour devenir étoiles dans le ciel.
Un jour une nuit ce sera notre tour il faut bien faire de la place sur terre nous sommes si nombreux!
Irène Nicole...peuplées le ciel de vos histoires de vie
sur terre nous avons les souvenirs.
Douce tristesse à toi Josette;
Marie Minoza
  • 9. Marie Minoza (site web) | 12/09/2018
Les dernières années m'ont papa ne souriait que lorsqu'il voyait ses arrières petites filles!
Il est parti emportant ses secrets.
jamadrou
Mystère des étincelles qui font briller le cœur Marie .
colettedc
Touchante cette histoire vraie, Jamadrou ! C'est tout à fait émouvant ! Oui, c'est le passage de tout l'monde et on ne saura y échapper.
Bonne soirée !
jamadrou

tu as lu le billet jusqu'au bout! Merci Colette
jazzy57
Une histoire vraie très émouvante, touchant amour d'un fils pour sa mère mais quelle difficile fin de vie que celle de cette maladie .
Merci pour ce tres beau partage .
Bonne journée
Bises
jamadrou
Coucou Jazzy , oui il est de ces fins de vie où le lâcher prise se fait dans la durée et où le souffle de vie s'éternise...
je n'ai pas vraiment de nouvelles de ce fils étant pour le moment bien loin
Ces spectacles donnés chez eux avec" la présence de l'absente" m'ont beaucoup interpellée et émue
Merci Jazzy d'avoir déposé des mots ici.
Renée
Complètement remuée par l'histoire que tu partage avec nous. Cette femme a dnas sa souffrance eu la chance que son fils prenne soin d'elle même si cela n'enlève rien a sa douleurs tant morale que physique. Bisous
jamadrou
Oui Renée certainement une grande chance

Ajouter un commentaire