sujet 01/2019 un clic sur la perle

Cette année, les ripailles de Noël et de la Saint Sylvestre furent frugales. Elle l’avait souhaité ainsi. Sans agapes (elle ne croit plus au repas eucharistique)  sans ortolans (elle aime trop les oiseaux) sans douceurs et crème au beurre (elle est diabétique) sans bulles pétillantes (elles lui donnent le hoquet) sans tralala (les falbalas sont beaucoup trop chers).

Seule face à son assiette plate et presque vide elle se surprit à penser et à déjà attendre les soldes. 

Quand ce jour béni arriva elle se procura  la petite robe noire à moitié prix, les escarpins à moins 70% et l’étole rouge offerte avec le grand flacon  de parfum Dolce Vita. 

Puis elle est allée acheter une bourriche d’huîtres, bradée après les fêtes, évidemment.

Sachant que l’huitre une fois dans sa bouche réclamerait un vin d’une certaine vivacité, elle chercha et trouva, en promotion,  le blanc qui ferait l’affaire, capable de révéler franchise et mordant  dans un accord avec les huîtres évident.

De retour chez elle, elle se mit à ouvrir délicatement douze huîtres en redéposant précautionneusement le couvercle de l’huître sur le réceptacle pour faciliter la belle présentation en pyramide de ces adorables coquillages.

A la treizième huître, celle offerte par le vendeur, elle découvrit une perle.  « Une grosse perle parfaite comme une lune, qui accroche la lumière, la purifie et la renvoie dans une incandescence argentée »* vers elle. La perle de tous ses rêves impossibles et de toutes ses espérances enfouies. 

Quand elle la déposa dans le creux de sa main, la perle se mit à chuchoter : «  tu as le choix ma vieille, échanger cette perle contre beaucoup, beaucoup d’argent ou faire un vœu. »

Elle choisit la deuxième formule.

« Je souhaiterais retrouver celui qui toute ma vie fut assis en face de moi à Noël et pour commencer chaque année nouvelle. »

La phrase aussitôt prononcée, son vœu fut exaucé !   **

* Extrait de « La perle » de Steinbeck *

**  Subite et mortelle crise cardiaque. **