Glaner

Glaner

 

 

Petite, dans les champs, je les voyais glaner les derniers épis de blé,
les maïs oubliés, 
elles étaient belles et ne me faisaient pas pleurer.

 

aujourd'hui,  CAROLE nous raconte à sa (belle) façon  celui qui:

 

"Précis et minutieux, extrayait les canettes au fond clapotant, les morceaux de sandwichs auréolés de gras, les trognons de pommes roussis et les bouts de mégots remâchés, qu'il entassait dans son sac de plastique.

Il faisait sa cueillette, en somme, gratis et sans vergogne, avec la compétence et le coup d'oeil des chasseurs-cueilleurs d'autrefois, raclant les fonds des petits trésors sales d'un monde dur aux hommes." ....

 

Commentaires (16)

julie
Petite et joyeuse de le faire, moi-même glanais blé, maïs, betterave, choux... jusqu'aux branches jonchant le sol dans la foret, afin de nous chauffer l'hiver ; glander, on n'avait pas beaucoup l'temps... :)
Ton billet et touchant, ainsi que le portrait de cet homme chez Carole...
Ne sais pas mieux dire, suis pas douée :) Belle soirée Jama. Bisous pour vous deux.
jamadrou
Oh! Julie ton regard et ton témoignage sont bien plus beaux que tous les discours sur cette société où le trop plein des uns est devenu le nécessaire des autres! Un gros merci émotion.
julie
Merci à toi Jama ! aussi pour ces belles glaneuses de Millet... de céréales quoi
Aloysia
Ah oui, là c'est un peu plus gai que chez Carole...
jamadrou
les choses sont dites Aloysia chacune à notre façon... merci et douce nuit à toi
jama
  • 4. jama | 31/08/2016
oui Julie du millet pour faire plaisir, aussi, aux oiseaux!
danae
Bonjur Jama,
Ce tableau de Millet est magnifique. J'adore Millet et j'ai retrouvé son tableau de l'angélus au ... Japon. J'étais invitée et j'ai même dormi sur le canapé au-dessous ! Je me sentais chez moi.
Ah oui la cueillette du jour n'a plus le même charme.
Bises et bonne journée (un gros merci pour ton appel d'hier, bon voyage sur les eaux).
jamadrou
Tu as de bien beaux souvenirs Danaé!! Belle journee "à glaner" quelques jolis clichés...
Marie Minoza
  • 6. Marie Minoza (site web) | 01/09/2016
Les glaneuses une époque où on ne laissait rien perdre...
Avec ma grand-mère je ramassais les épis de blé après le passage de la moissonneuse ..c'était pour ses poules!

Le portrait de cet homme chez Carole est en effet très touchant, il est le glaneur de notre époque qui jette tout sans discernement!

Merci pour cette page qui donne à réfléchir...
jamadrou
A chacun de faire son chemin parmi ces glaneurs d'aujourd'hui qui trouvent dans nos poubelles des morceaux pour survivre... Merci Marie pour tes jolis souvenirs de "glaneuse" et bonne journée à toi.
Daniel
Lorsque j'arrive à la fin du marché, je les vois fouiller dans les cageots à la recherche des derniers fruits ou légumes. Certains dépensent sans compter, d'autres glanent pour survivre. Ainsi va le monde.....
jamadrou
Daniel oui ces vilains invendus, moitié pourris vont faire la joie de ces personnes pauvres. Et je vois des marchands qui rajoutent de jolis fruits de jolis légumes et je souris.
Carole
Merci de me citer, Jamadrou. Mais pour moi, si ce "glanage" des pauvres du passé s'intégrait dans le cours des jours, des étés et de la société, le glanage moderne des poubelles relègue dans les marges nos mendiants ainsi assimilés aux "déchets". La pauvreté est tellement plus terrible dans un monde riche.
Oui, tu as raison, ils étaient beaux, ces glaneurs et glaneuses des champs, debout sous le grand ciel, dans leur misère, mais ils m'inspirent de la tristesse, aujourd'hui, les fouilleurs de poubelles de nos rues, même si parfois ils savent rester dignes.
jamadrou
  • 9. jamadrou | 02/09/2016
" le glanage moderne des poubelles relègue dans les marges nos mendiants ainsi assimilés aux "déchets"."
Je ne veux pas Carole assimiler ces mendiants à nos "déchets" , je ne vois dans ces poubelles que notre "trop plein", "notre surplus"...
Oui cette misère là nous inspire de la tristesse mais plus encore...je suis gênée et pas fière de moi; où est passée ma dignité d'humain?
jill bill
Ma grand-mère avait du Millet au mur, ça et l'Angélus, enfant on glanait les pommes de terre après l'arrachage... ,-) pas parce qu'on était pauvres, mais laisser se perdre n'était pas dans nos moeurs.... belle journée !
jamadrou
Jill, Te voilà de retour...et moi j'aime glaner tes mots par ici, merci.

Ajouter un commentaire