Il y a des jours.

Il y a des jours

Il y a des jours, il y a des nuits

Des matins qui chantent et des nuits sans sommeil

Des soleils sur un fil

Des lunes endormies

Des rayons qui éclairent

Et des rayons qui tuent

Il y a des jours sans fin

Il y a des nuits sans commencement

Il ya le crépuscule du matin 

Il y a le crépuscule du soir

Il y a eu ton crépuscule et puis ta fin.

 

 jamadrou © 15 juin 2016    (A fleur de peau)

 

 

Il y a des matins

 où les êtres  qui flottent au dessus de nos vies

vont, d'un coup d'aile, délicatement déposer

des plumes d'instants passés,

tels de petits éclairs lumineux

sur notre présent frileux.

Ainsi s'écoule la source de vie.

 

 jamadrou © 19 juin 2016    (A fleur de peau)

 

 

Commentaires (12)

Daniel
J'aime bien....Et puis c'est tout !
jamadrou
Un bon jour à toi Daniel.
Aloysia
Un très beau poème, qui s'étire sur les beautés de la vie et s'achève de façon abrupte et poignante.
Au fait, as-tu vu le beau commentaire de Jean-Yves Leloup sur "La Terre gémit et pleure dans les douleurs de l'enfantement", que j'ai partagé sur facebook ?
jamadrou
non Aloysia, je vais aller voir...
Balaline
  • 5. Balaline | 15/06/2016
Il y a des jours, des soirs, des nuits
où les mots s'écrivent sans bruit
jamadrou
  • 6. jamadrou | 16/06/2016
où les mots tombent comme perles de collier
où les mots trébuchent dans le grand escalier.
Balaline
  • 7. Balaline | 16/06/2016
les mots blessés
se traînent sur la page
à la recherche d'un baume guérisseur
mais chaque jour qui passe
hélas!
tricote d'autres fêlures
détricote l'espoir
Jamadrou
  • 8. Jamadrou | 16/06/2016
Les blessures les fêlures
Ne sont que des petits maux
Des mots de passage
Ils ouvrent une brèche
Où s'engouffrent leur contraire
Alors la sérénité le bien être
Sont à portée de main
Tendre l'oreille et
Entendre les mots doux
Ceux qui panse le monde.
margimond
Il y a des jours comme ça, des jours où la nuit et le jour se mêlent et viennent mourir sur la ligne d'un l'horizon.
jamadrou
Cette ligne d'horizon Margi où les mots se re-pose avant leur grande migration vers un monde aux couleurs plus chaudes.
Pascal
Il y a des jours
entre aurore et crépuscule
des jours et des nuits sans fin

où le soleil saute à la corde
sur le fil de la nuit
oubliant sa course
jamadrou
Un texte Pascal qui colle à la photo, bravo c'est beau.

Ajouter un commentaire