p 135 Femme si bleue

Femme bleue adamante

 

 

Comme lovée dans un sofa elle s’en est allée dans le courant sur l’onde calme elle a déposé son corps au cœur même des ronds dans l’eau elle flotte et se laisse transporter tel le bébé qui grandit en elle.

Liquide est amour

Posé sur les rondeurs du ventre

Tendre est sa main

Elle veut penser la rivière comme une mère porteuse dans sa bulle elle se laisse flotter vers l’océan cercles concentriques la rivière bleu-aquarelle lumière du monde comment un jour l’enfant naîtra petit Moïse sauvé des eaux dans ses langes verts bleus ou rose tendre il flottera il sera réceptacle des flux et reflux vers une hypothétique embouchure

L’eau est source vive

Les ondes sont transmetteur

Naître pour mourir

 

Sur l’eau une maman flotte dans son ventre un bébé entend puis plus rien un corps inanimé sous un pont fut repêché.

Commentaires (12)

jill bill
Triste fait d'hiver... voici un orphelin au prénom tout "trouvé"....
jamadrou
Merci Jill
Balaline
  • 2. Balaline | 08/02/2019
Femme d'eau, de sable et de lune
lovée sur l'écume du temps, tu songes
au devenir incertain de ton enfant à naître
et pourtant, là-bas, sur ce rayon de miel à l'encontre du bleu
qui frôle les nuages, tu souris à la vie toute vibrante de force
la vie racines, la vie secrète, la vie solaire aux chants interrompus
et tu poses délicatement tes mains sur cette espérance
jamadrou
Ton regard Balaline Mon regard et voilà que deux femmes différentes sont . Exister c’est être dans le regard des autres.
ABC
Entre deux flux, entre deux pôles, la vie, la mort, par nature je choisis l'eau source, naissance et renaissance, sans jamais oublier qu'elle est aussi déluge, ravageuse et mortelle... quelque soit la couleur de ses langes, j'aimerais que l'enfant avant tout se blottisse dans le giron maternel...
jamadrou
ABC, dans cette histoire jamais plus l'enfant ne se blottira dans le giron maternel; il y a de bien triste destin
adamante
  • 4. adamante | 08/02/2019
Eau nourricière mais aussi vorace, le fleuve s'écoule indifférent aux alluvions transportés.
jamadrou
le fleuve sait où il doit aller alors il va
Martine
Bonsoir Jamadrou,

seconde tentative pour te laisser un com'. Le captcha ce matin a été impossible à franchir.

J'ai apprécié ton texte , très doux, tellement lumineux jusqu'à la chute où l'on comprend qu'en fait c'est la fin de deux vies. Magistralement mené. Bravo
jamadrou
oui la fin de deux vies le fleuve ne connaît ni la pitié ni l'empathie il ne sait pas porter secours
Marie Minoza
  • 6. Marie Minoza (site web) | 09/02/2019
Dans un flot bleu
Couleur de l'eau
Mère et enfant
Vont se blottir
Caresses d'onde
Amour tendresse
Vivre pour naitre
Ou pour mourir
jamadrou
la mort sera caresses d'onde ...

Ajouter un commentaire